Qu’est-ce que le givre ?

Extrait du guide aviation (Météo France)

Le givre est un dépôt de glace. Il se forme dans des conditions de température et d’humidité particulières appelées « conditions givrantes ». Il est favorisé par une humidité de l’air importante, des températures pas trop chaudes (pas nécessairement négatives néanmoins) et une surface de dépôt froide. On peut donc le rencontrer à n’importe quelle altitude. Le phénomène est dangereux mais il peut être anticipé et des solutions existent pour s’en prévenir.

La présence de gouttes d’eau surfondues (restant liquides malgré leurs températures négatives) dans des nuages ou brouillards dits « givrants » conduit à des accumulations rapides et importantes de givre (verglas) sur le fuselage.

Quels problèmes cela pose pour le vol ?

Deux parties de l’avion peuvent être concernées par des dépôts de givre ou de verglas :

extrait givrage aile ( https://www.pilote-pro.com/ )
  • Sur le fuselage le givre se formera en priorité sur les parties exposées au vent relatif. L’avion devient alors plus lourd et ses performances de vol sont dégradées à cause d’une modification du profil de l’aile.
  • Dans le carburateur au niveau du papillon des gaz, l’aspiration du mélange air-carburant s’accompagnant d’une baisse de pression et donc de température cela peut provoquer le dépôt de givre. Le moteur perd alors de la puissance.

Les conditions de givrage sont dites faibles si les dépôts sont superficiels. C’est le cas dans les nuages stables et les brouillards peu denses.
Elles seront modérées dans les nuages instables et les brouillards denses.
Enfin, un givrage fort peut se produire dans les nuages très instables contenant de l’eau en surfusion c’est à dur de l’eau liquide à des températures négatives.

Comment se protéger des effets du givre ?

L’apparition de givre sur les ailes et le fuselage est moins fréquente en vol à vu (VFR) qu’en IFR car la présence de nuage, qui limite le domaine de vol VFR, est souvent associée aux conditions givrantes. Pour se protéger des apparitions de givre, sur les ailes et le fuselage des avions de ligne, un produit antigel est appliqué juste avant le décollage. Certains avions disposent également de systèmes pneumatiques capable de briser des dépôts se formant sur les bords d’attaque des ailes.

Le givrage carburateur peut être réglé en perdant de l’altitude tout en maintenant un régime moteur conséquent. Certains avions disposent d’un système de réchauffage du carburateur.

Sur la Normandie ce jour là, le risque de givrage est modéré entre les niveaux FL020 et FL100. les températures deviennent négatives à partir du FL030

La première des préventions contre les risques de givrage est d’anticiper l’apparition éventuelle du problème et donc de s’informer.

Les METAR (observation) et TAF(prévision) sont des messages signalant, sur les plateformes aéroportuaires la présence de conditions givrantes. Le code FZFG (pour « frizing frog ») est par exemple utilisé en cas de brouillard givrant.

Les cartes TEMSI (temps significatif) permettent de connaitre les zones de conditions givrantes en vol. Un symbole particulier à deux barres verticales signale un risque modéré de givrage. La présence de trois barres verticale correspond à un risque élevé de givrage.

Extrait du guide aviation de Météo France. Codes des messages SIGMET

Les conditions de givrage sévère peuvent faire l’objet de l’édition du signalement météo (message SIGMET)

Comprendre l’altération de la portance

Approfondissement (Connaissances en mécanique du vol nécessaires)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.